Chemin de Pâques – 8 avril

Nous vous proposons chaque jour un temps de méditation, un chemin vers Pâques.

Les textes sont en grande partie tirés d’un parcours proposé par l’Église Protestante de Genève (Vers la lumière).

Prière

Seigneur que j’espère
Sera-ce longtemps
Ce cortège d’ombres
Et par instants brefs
Un rai de lumière ?
A l’heure où le soir
Fait place à la nuit
Écoute mon cri !
D’un signe amical
Veuille m’assurer
Que tu n’es pas loin !
Quand tout devient dur
Quand dans notre voix
Meurt le chant du ciel
Et toute splendeur
Ne nous soumets pas à trop rude épreuve !

(Pierre Etienne)

Esaïe 50,4-9

Le serviteur du Seigneur.
Troisième chant : confiance en Dieu dans la souffrance

Le Seigneur DIEU m’enseigne ce que je dois dire
pour encourager celui qui n’a plus de force.
Chaque matin, il me réveille pour que j’écoute
comme un bon disciple.
Le Seigneur DIEU m’ouvre l’oreille,
et je ne résiste pas, je ne recule pas.
Je présente mon dos
à ceux qui me frappent,
je tends les joues
à ceux qui m’arrachent la barbe.
Je ne protège pas mon visage
contre ceux qui m’insultent
et qui crachent sur moi.
Le Seigneur DIEU vient à mon secours,
c’est pourquoi leurs insultes ne me touchent pas.
Je rends mon visage dur comme pierre.
Je sais que je ne serai pas vaincu.
Le SEIGNEUR est près de moi,
il me donnera raison.
Est-ce que quelqu’un veut me faire un procès ?
Allons ensemble au tribunal !
Est-ce que quelqu’un veut m’accuser ?
Qu’il s’avance vers moi !
Oui, le Seigneur DIEU vient à mon secours.
Qui peut alors me condamner ?
Mes ennemis s’useront tous
comme un vêtement mangé par les vers.

La Bible Parole de Vie, Villiers-le-Bel: Société Biblique Française, 2000.

Matthieu 26,14-25

Judas décide de livrer Jésus aux chefs des prêtres

Alors l’un des douze apôtres, appelé Judas Iscariote, va voir les chefs des prêtres et il leur dit :
« Qu’est-ce que vous voulez me donner, si je vous livre Jésus ? »
Les chefs des prêtres lui donnent 30 pièces d’argenta. À partir de ce moment, Judas cherche une bonne occasion pour leur livrer Jésus.

Jésus fait préparer le repas de la Pâque

C’est le premier jour de la fête des Pains sans levain. Les disciples s’approchent de Jésus et lui disent :
« Nous allons te préparer le repas de la Pâque. Où veux-tu le manger ? »
Jésus leur dit :
« Allez à la ville, chez telle personne, et dites-lui : “Le maître dit : Le moment est arrivé pour moi. C’est chez toi que je vais manger le repas de la Pâque avec mes disciples.” »
Les disciples font ce que Jésus leur a commandé et ils préparent le repas de la Pâque.

Jésus annonce qu’un des disciples va le livrer

C’est le soir. Jésus s’installe pour le repas avec les douze apôtres. Pendant qu’ils sont en train de manger, Jésus dit :
« Je vous l’affirme, c’est la vérité : l’un de vous va me livrer. »
Les disciples deviennent tout tristes et ils se mettent à lui demander l’un après l’autre :
« Seigneur, est-ce que c’est moi ? »
Jésus leur répond :
« Celui qui a mis la main avec moi dans le même platb, c’est lui qui va me livrer. Le Fils de l’homme va mourir, comme les Livres Saints l’annoncent. Mais quel malheur pour celui qui livre le Fils de l’homme ! Pour cet homme-là, ce serait une bonne chose de ne pas être né ! »
Judas, celui qui va livrer Jésus, lui demande :
« Maître, est-ce que c’est moi ? »
Jésus lui répond :
« C’est toi qui le dis. »

a Voir Zakarie 11.12.
b Selon la coutume, chacun se sert avec la main dans le plat commun.
La Bible Parole De Vie,Villiers-le-Bel: Société Biblique Française, 2000.

Commentaire

Sandrine LANDEAU, pasteure

Il y a une chose qui me gêne dans ce récit de la trahison de Judas : c’est cette lecture très fataliste qui laisse entendre qu’il fallait que Judas soit là et trahisse, que Jésus meure, que c’était prévu comme ça. Je crois que c’était dès le départ une possibilité, mais pas une fatalité. Et jusqu’au bout ça ne l’est pas : c’est pour cela que Jésus reste auprès de Judas, partage avec lui la Cène (juste après cet épisode).
Judas est, comme nous tous, libre de recevoir ou non la parole de création et d’amour de Dieu nous offre, et il choisit de la rejeter. Au lieu de le griller sur place, Dieu le laisse faire, mais avec un avertissement par la bouche de Jésus pour lui dire que vraiment il n’est pas en train de choisir la vie, mais la mort. Judas persiste… mais finit par se repentir, ramener aux prêtres l’argent et se pendre, geste qui montre à quel point il s’est senti entraîné loin de la vie ! Jésus lui choisit librement de suivre le chemin de l’amour et de la vie, refuse de s’en détourner pour préserver son confort. Ce choix mène apparemment à une impasse puisque Jésus se retrouve crucifié. Et pourtant… il y a la résurrection : à partir de cette situation désespérée qu’il doit à la liberté laissée aux hommes, Dieu fait (re)naître une parole de vie et d’amour !
Je lis cette trahison comme une démonstration du respect infini de Dieu pour l’homme et de sa force de création et d’amour. Toujours nous avons la liberté de recevoir ou non l’Amour, Dieu ne nous force pas la main. Mais si on le refuse, si on le rejette, si on veut l’étouffer, le tuer, le faire taire parce qu’il nous dérange trop, Dieu recrée l’amour ailleurs, autrement, et trouve de nouvelles façons de nous tendre la main, encore et toujours, sans se lasser.
J’ose croire que Dieu a pleuré le choix de Judas et sa mort, mais qu’il a su trouver malgré tout la lumière à sauver et à aimer dans cet homme dont nous sommes parfois si proches – comme les disciples qui demandent tous « Serait-ce moi Seigneur ? »…

Mon Dieu plus près de toi

Parole : Unknown Writer / Sebastian Demrey

https://youtu.be/1LnKAFqb0C0

Mon Dieu, plus près de toi,
Plus près de toi!
C’est le mot de ma foi;
Plus près de toi!
Plus près de toi, toujours
Plus près de toi!
Donne-moi ton secours,
Soutiens ma foi!Même quand l’épreuve
Débordant comme un fleuve,
Me rapproche de toi.
Plus près de toi!Plus près de toi, Seigneur,
Plus près de toi!
Tiens-moi dans ma douleur
Tout près de toi!
Alors que la souffrance
Fais son œuvre en silence,
Toujours plus près de toi,
Seigneur tiens-moi!Mon Dieu, plus près de toi,
Dans le désert
J’ai vu, plus près de toi,
Ton ciel ouvert.
Pèlerin, bon courage!
Ton chant brave l’orage.
Mon Dieu, plus près de toi,
Plus près de toi.Pèlerin, bon courage!
Ton chant brave l’orage.
Mon Dieu, plus près de toi,
Plus près de toi.

Bénédiction franciscaine

Que Dieu nous bénisse
en nous mettant mal à l’aise…
face aux réponses simples, 
aux demies vérités et aux relations superficielles,
afin que nous puissions vivre en profondeur
à l’intérieur de notre coeur.

Que Dieu nous bénisse 
en faisant que nous soyons en colère… 
devant l’injustice,
l’oppression et l’exploitation des gens,
afin que nous puissions travailler pour la justice,
la liberté et la paix.

Que Dieu nous bénisse 
en nous donnant des larmes…
à verser pour ceux qui souffrent de la douleur,
du rejet, de la famine et de la guerre,
afin que nous puissions tendre nos mains
pour les consoler et changer leur souffrance en joie.

Et que Dieu nous bénisse avec assez de folie…
pour croire que nous pouvons faire 
une différence dans ce monde,
pour que nous puissions FAIRE ce que d’autres
prétendent que c’est impossible.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *