Bulletin paroissial

Bulletin paroissial

Janvier – février – Mars 2021

Je suis Dieu, celui qui est là

Dans l’obscurité de ton passé 
et dans l’incertitude de ton avenir, 
dans la bénédiction de ton aide 
et dans la misère de ton impuissance, 
je mets ma promesse : JE SUIS LÀ. 

Dans le jeu de tes sentiments 
et dans le sérieux de tes pensées, 
dans la richesse de ton silence 
et dans la pauvreté de ton discours, 
je mets ma promesse : JE SUIS LÀ. 

Dans la plénitude de tes tâches 
et dans le vide de ton affairement, 
dans la multitude de tes capacités 
et dans les limites de tes dons, 
je mets ma promesse : JE SUIS LÀ. 

Dans le succès de tes conversations 
et dans l’ennui de tes prières, 
dans la joie de tes succès 
et dans la douleur de tes échecs, 
je mets ma promesse : JE SUIS LÀ. 

Dans l’étroitesse de ta vie quotidienne 
et dans l’immensité de tes rêves, 
dans la faiblesse de ton esprit 
et dans la force de ton cœur, 
je mets ma promesse : JE SUIS LÀ

Source : inconnu

Vous pouvez aussi lire en changeant de « ton » en « mon ».
Finir avec « tu mets ta promesse : Tu es là »

J’ai changé lorsque…

A l’heure actuelle, on parle beaucoup de changement. L’EEM quant à elle connaît un mot d’ordre prééminent : « Amener des femmes et des hommes à devenir disciples du Christ, pour transformer le monde ». Formulé il y a quelques décennies déjà, il était alors, et en particulier dans le contexte des églises, bien moins souvent cité qu’aujourd’hui. A cette époque, on soulignait avant tout que Dieu nous aime et nous pardonne, mais très peu qu’il veut aussi nous transformer. Pourtant, se laisser transformer à l’image de Jésus-Christ était pour les premiers méthodistes un but essentiel de leur vie.

J’ai récemment lu la phrase suivante : « J’ai changé lorsque je me suis ouvert ». Il y a là une profonde sagesse. Pour pouvoir changer, une personne doit s’ouvrir de l’intérieur. Cela ne peut s’opérer de l’extérieur, à moins que cela soit imposé. Un véritable changement doit se produire de l’intérieur vers l’extérieur. Et le sens du changement est conditionné par ce pour quoi l’on s’ouvre. Il peut donc être risquant de s’ouvrir. Il arrive parfois que des personnes qui changent subissent des effets secondaires négatifs.

Mais ce qui m’a surpris, c’est le cadre séculier dans lequel j’avais lu cette phrase : un panneau publicitaire. Je n’ai pas la moindre idée du rapport qu’il pourrait y avoir entre cette phrase et une entreprise de vente en ligne, mais la publicité veut toujours suggérer une plus-value. Donc : s’ouvrir pour changer est en ce moment « in ». On pourrait enchaîner.
C’est bien si des personnes veulent s’ouvrir et changer. Mais dans quel sens veulent-elles changer ?

Le mot d’ordre de l’EEM : « Amener des femmes et des hommes à devenir disciples du Christ, pour transformer le monde » vise à double titre au-delà du panneau publicitaire. Il nomme Jésus-Christ comme étant cette personne unique vers laquelle nous devons nous ouvrir et que nous devons suivre. Et il mène au-delà de la volonté de changer dans son propre intérêt. Il ne s’agit pas que de mon propre bonheur. Le but est de faire le bien dans le monde. Dans quel but votre vie a-t-elle changé ? Comment est-ce que cela se présenterait sur un panneau publicitaire ?

Patrick Streiff, évêque
Le billet de notre évêque

Soyez pleins de bonté, 
soyez bienveillant,
soyez compatissant…

Mot d’ordre 2021

Ce verset se trouve au milieu du sermon dans la plaine dans l’Évangile selon Luc, qui reprend les béatitudes à l’inverse de celles de Matthieu : « Malheur à vous… ». Ces sentences sont d’une exigence impossible à tenir et je trouve ça révoltant. En lisant ce texte je me dis : mais pourquoi toujours voir le négatif, se focaliser sur le mal, insister sur ce que nous n’arrivons de toute manière pas à faire. Tout cela nous pousse justement à « faire » au lieu « être ». Cette tension entre notre envie d’agir et notre incapacité à bien faire nous écartèle et nous bloque.

Mais alors comment faire ? Comment nous mettre devant ce texte sans se dire que de toute manière c’est impossible ? Sans se dire qu’on ne sera jamais à la hauteur ?

Ce verset me demande d’être comme le Père, d’être comme Dieu ! Quel défi ! Devant cette exigence, cet échec programmé, le seul acte que nous pouvons faire, c’est d’abandonner de croire que nous puissions y arriver seul et admettre notre impuissance. L’incapacité à Lui ressembler et accepter que nous faisons le mal que nous ne souhaitons pas. 

Heureusement, nous trouvons d’autre textes qui nous parlent de l’accompagnement de notre consolateur, celui que Jésus à envoyer parmi nous : le Saint Esprit. Lui, va nous orienter, nous indiquer le chemin, nous rendre sensible à la bonté qui nous est donnée par Dieu pour la partager et la vivre avec notre prochain. Soyez pleins de bonté comme votre Père est plein de bonté. Ce n’est pas à partir de nous-mêmes que nous y allons arriver, mais c’est seulement possible avec l’aide du Père. Il nous donne tous les jours son immense amour qui déborde sur les autres, qui touche même ceux que nous aimons moins.

C’est notre vœu pour cette nouvelle année qui est devant nous ! Que ce verset puisse nous accompagner, nous rappeler que nous sommes dépendants de notre relation à Dieu pour accomplir ce qu’il a prévu pour nous. Que cet amour coule toujours plus autour de nous. 
Que la Béthania répande cet amour que nous avons reçu.

Iris et Bertrand

La Béthania ouverte

le jeudi soir de 19 à 22 heure

La Béthania sera ouverte pour des personnes qui aimeraient venir pour prier ou parler avec quelqu’un.

Lorsque Iris ou Bertrand seront présents, il vous sera proposé une animation différente à partir de 20H00.

Les jeudis 21 janvier + 25 février + 25 mars
Soirée débat : nous utiliserons l’outil NUA de la Ligue pour la lecture de la Bible, une série de vidéos qui invite à l’exploration, qui encourage à se poser des questions, qui reconnait que le doute est parfois présent et propose une approche intéressante de la foi chrétienne.

Les jeudis 11 février + 11 mars
Lectio-Divina :
 nous vivrons ensemble une méthode de lecture de la bible et de prière développée par les pères du désert (premiers siècles).

Chemin de Thomas : une autre forme de méditation et de découverte d’un texte biblique à travers les 5 sens.

Les jeudis 4 février + 4 mars
Étude biblique : nous vous proposons de nous plonger ensemble de façon approfondie et suivie dans l’épitre aux Romains, texte complexe et porteur de bien des principes de foi épanouissants.

Les jeudis 14 janvier + 18 mars
Méditation :
 nous pourrons aussi tout simplement nous arrêter ensemble sur un texte et le méditer ensemble.

                                                                                                   Iris et Bertrand

ANNIVERSAIRES (75+)

JANVIER
         10. Willy Geiser
         11. Marguerit Amstutz
         17. Yvette Bögli
FÉVRIER
         19. Dora Sprunger
MARS
         01. Fredy Marti
         02. Suzanne Widmer
 19. Peter Siegfried

GRANDS RENDEZ-VOUS

JANVIER
         17. Culte Œcuménique en Vidéo (ACCVA)
MARS
         23-26. Pastorale UEEMF
         27-28. Assemblée Générale UEEMF

APRÈS-MIDI CONVIVIALES

         14/01. 14h pour un temps de partage (Iris)
         04/02. 14h pour un temps de jeux (Iris)
         04/03. 14h pour une animation biblique (Bertrand)

CATECHISME

Groupe 1 : 9-11 ans :
         15/01 + 22/01 + 05/2 + 26/02 + 12/03 + 26/03
Groupe 2 : 12-15 ans :
         20/01 + 03/02 + 24/02 + 10/03 + 31/03
Contact : Iris ou Bertrand

Bulletin paroissial

Télécharger le Bulletin paroissial en format numérique :

Télécharger le Bulletin paroissial en format imprimable :

Les commentaires sont fermés.